Association TransAide

La dysphorie du genre

Lorsqu’on parle de personnes transgenres, le terme « dysphorie du genre » est inévitablement associé. Mais qu’est-elle vraiment ?

La dysphorie du genre est caractérisée par une identification forte et permanente à l’autre genre. Elle est associée à une anxiété voire même à une dépression plus ou moins sévère et une irritabilité. Les individus souffrant de dysphorie du genre ont ce désir profond de vivre en tant que genre différent du sexe attribué à la naissance.

Les sujets qui présentent une dysphorie ressentent une grande souffrance psychologique ; ils se sentent prisonniers de leur corps. Pour certains, cette dysphorie les pousse à se demander s’ ils ne sont pas victimes d’ accident biologique et s’ils sont normaux.

Il faut savoir que cette souffrance pousse certaines personnes transgenres à attenter à leur vie . Il y aurait apparemment 41 % de transgenres dans ce cas ..
La prévalence de tentative de suicide est plus élevée chez les adultes trans qui sont séropositifs (51 %) .

Ce qui pousse ces personnes à penser au suicide, voire passer à l’acte est bien souvent le désespoir, la sensation d’avoir raté sa vie ou encore d’être un poids. La transphobie est également un critère indéniable dans le mal être des personnes trans.

La dysphorie du genre cache une souffrance souvent peu comprise et largement sous-estimée. C’est pour cela que le soutien de l’entourage est indispensable !

Pour ma part, cette souffrance en lien avec la dysphorie du genre est présente à différents degrés dans différents moments. Elle peut être absente et à contrario très présente et pesante.
Mais c’est un passage obligatoire pour finalement atteindre la liberté d’être soi dans un corps qui nous ressemble .Pour celles et ceux qui décident de faire ce qu’il faut pour accéder à ce sentiment de bien-être, la route est longue et difficile mais elle en vaut largement la peine !