Association TransAide

Témoignage de Sondes

Collègue de travail et amie.

Nouvelle arrivée dans l’entreprise. Au premier abord, je ne pensais pas qu’une amitié durable pourrait se créer entre elle et moi. Cette jeune et jolie fille en apparence me donnait l’image d’une personne très réservée et méfiante.

La deuxième chose sur laquelle j’ai pas mal bloqué tout en souriant durant plusieurs semaines, est son attitude très masculine avec quelques maladresses et parfois quelques retenues, sa façon de se tenir, de parler et de s’asseoir.

Un jour entre collègues, on parlait de ses tatouages et je ne sais pour quelle raison elle m’a confié secrètement avoir depuis longtemps envie de se faire un tatouage sur l’épaule « symbole de transidentité ». J’ai souri et je lui ai répondu que cela ne m’étonnai pas du tout. J’avoue que je ne connaissais rien à la transidentité à ce moment-là, mais je savais depuis un moment que derrière son apparence physique se cachait un homme.

Une amitié sincère s’est créée tout naturellement au fil du temps et j’aimais de plus en plus, passer des moments en dehors du travail avec ma pote, enfin, parfois pendant nos soirées, c’est plutôt mon pote qui était là.

Arriva le jour de son coming-out. On ne s’était pas vu depuis plusieurs mois à cause du confinement. Bien sûr on s’appelait souvent, mais une telle annonce ne pouvait se faire que de vive voix. J’ai été heureuse de savoir que mon ami avait enfin trouvé et mis les mots sur son mal-être et qu’il avait enfin compris pourquoi, depuis toujours il n’était pas heureux.

Je l’ai immédiatement soutenu et encouragé car pour moi le plus important était de le voir heureux.

De là est né Kéïlan, suivi de la première transformation physique, la coupe de cheveux, un moment fort et délirant à la fois que je n’oublierai jamais.

Il m’arrive parfois, de faire preuve de maladresse, de dire « elle » à la place de « il », un peu à cause de sa voix encore féminine.

Aujourd’hui on continue ce long parcours ensemble, car il faut plus de courage pour être heureux que pour être malheureux.

Je t’aime mon pote. 

Sondes B.