Association TransAide

Témoignage de Victoire

Bonjour à tous et à toutes,
Le parcours transgenre n’est pas chose aisée ou facile pour tout un chacun. Je suis Victoire, opérée depuis 2011.

Du plus loin que je me souvienne dans mon enfance, j’étais très souvent mise à l’écart des autres, moquée, raillée, persécutée, différente des autres enfants, solitaire, l’impression d’être incomprise et mal aimée.
Je savais au plus profond de moi que quelque chose n’allait pas, que je n’étais pas moi.

La vie que j’avais n’était pas la mienne, les questions se bousculaient sans cesse dans ma tête.
A 5 ou 6 ans, j’ai un jour demandé à ma maman de me couper mes parties intimes parce que je
voulais être une fille, ce jour, je m’en souviens comme si c’était hier, je n’ai jamais été un petit
garçon comme les autres…
Les années ont passé, je suis devenue adolescent avec toujours toutes ces questions qui me poursuivaient.
Puis, internet est arrivé, je me suis enfin dit que cet outil pourrait m’aider à trouver des
réponses.
Je me suis alors mise à chercher si des gens se sentaient comme moi, différents, pas nés dans le
bon corps, ou alors si j’étais seule au monde ! J’ai lu un jour les mots : « Dysphorie de genre »,
« Syndrome de Benjamin », « Transsexualisme »…
Des mots qui ont fait écho à mon profond mal être et qui au lieu de me faire peur m’ont
rassurée. J’étais encore jeune et je ne savais pas vers qui me tourner pour pouvoir parler de tout
ça.
Deux ou trois ans plus tard, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes, j’avais trouvé les coordonnées d’une équipe médicale sur Lyon qui venait en aide aux personnes dites « Trans ».
J’ai alors, dans le dos de ma famille, pris un rendez-vous avec un psychologue qui m’a aiguillée
vers un endocrinologue. Tous deux faisant partie du groupe de médecins, ce groupe de médecins forme le GRETIS : « Groupe de Recherche et d’Étude sur les Troubles de l’Identité Sexuelle ».
Suite à mes deux rendez-vous, j’ai, après quelques analyses, commencé un TSHTraitement
Substitutif Hormonal qui à l’époque n’avait rien à voir avec ce qui se fait maintenant.
A mesure que les mois et les années passaient, j’ai vu mon corps changer et régulièrement j’avais
des rendez-vous sur l’agglomération Lyonnaise dans différents établissements de santé, tous
les médecins ne se trouvant pas dans la même unité ou le même service.
Jusqu’au jour où j’ai reçu le courrier avec ma date d’intervention chirurgicale et autre rendez-
vous avec l’anesthésiste et les différentes analyses à faire. Le jour J arrivé, j’étais une vraie
pile, excitée comme jamais, sans aucune peur !
J’ai eu la chance d’avoir le soutien de ma famille proche, mes parents, qui m’ont soutenue dans
cette démarche et qui ont rencontré l’équipe médicale qui m’a suivie.
Sortie du bloc et de retour dans ma chambre mes parents étaient là, ils sont venus me voir tous
les jours et à l’heure d’aujourd’hui ils sont toujours présents dans ma vie de femme, heureuse
et épanouie !

Bien à vous, Victoire.